Lettre de Barranquilla du Conseil mondial des Instituts Paulo Freire

XIème RÉUNION DU FORUM INTERNATIONAL PAULO FREIRE

“ÉDUCATION, PAIX ET DÉMOCRATIE”

 Barranquilla-Colombie – 19, 20 et 21 septembre 2018

LETTRE DE BARRANQUILLA

Les membres du Conseil mondial des instituts Paulo Freire – éducatrices et éducateurs, chercheuses et chercheurs, et les militantes et militants des mouvements d’éducation populaire – se référant à l’oeuvre de Paulo Freire, originaires de différents pays du monde, lors de la onzième rencontre internationale du Forum Paulo Freire, dont le thème est “Education, Paix et Démocratie”, effectuent les considérations suivantes:

Considérant que la guerre – toujours provoquée par la haine et causant toujours l’horreur de la douleur et de la mort – échappe aux limites de la rationalité humaine, surtout quand elle est une guerre fratricide.

Considérant que le conflit interne civil-militaire colombien, qui a duré plus d’un demi-siècle et coûté la vie à plus de 200 000 personnes, fait souffrir un nombre encore plus grand de victimes mutilées physiquement, mentalement et émotionnellement, sans parler de la destruction d’innombrables biens personnels et collectifs.

Considérant que la signature des accords de paix entre le gouvernement colombien et les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie-Armée Populaire (FARCs-EP) constitue une référence importante pour la construction de la paix et de la démocratie dans le sous-continent, ouvrant à la fois un défi de réconciliation immense et complexe et la perspective d’un respect total des droits de l’homme, jusqu’à alors perturbé par le conflit armé interne.

Considérant que la rhétorique et les pratique narcissiques ont été les principales responsables de la violence symbolique doivent être vaincues par le dialogue et l’humilité scientifique, qui finissent par permettre une nouvelle géopolitique dialogique du savoir et une nouvelle praxis de solidarité – seules capables de remettre en cause les hiérarchies et les hégémonies ethnocentriques.

Considérant qu’outre l’espoir, l’héritage infiniment douloureux de la guerre fratricide est ce que le peuple colombien a maintenant entre ses mains, qu’il a besoin de le traiter collectivement, avec un esprit de pardon, de miséricorde et sans oublier, la compréhension mutuelle, pour que cela n’ait plus jamais lieu.

Considérant que la réconciliation et la paix ne sont pas des états, mais des processus de construction collective, basés sur un consensus éventuel, réaffirmant les moindres paroles et actions quotidiennes et fondés sur des politiques de justice et d’égalité.

Considérant que, d’une part, la douleur provoquée par d’autres produits, en nous, des sentiments d’intolérance, de vengeance et de représailles, constituant le poison de toute relation humaine, interpersonnelle ou sociale et que, d’autre part, la reconnaissance de la douleur des autres est l’antidote contre la belligérance et la base pour un dialogue réparateur visant la réconciliation.

Considérant les célébrations des 50 ans de la rédaction de Pédagogie des opprimés, livre de référence de l’éducation populaire à travers le monde et qui est, jusqu’à aujourd’hui, un instrument important de libération humaine compris comme une lecture du monde visant la coexistence pacifique sans aucune sorte d’oppression.

Et, enfin, considérant que plus que tout autre penseur du 20ème siècle, Paulo Freire a diffusé un dialogue basé sur la reconnaissance de la douleur, en tant que moteur de l’agression d’autrui et, par conséquent, le principal outil pour surmonter les pratiques anti-dialogiques, l’intolérance et la barbarie résultant des conflits d’intérêts, un dialogue comme moyen de favoriser un processus dialogique de libération de toutes et tous,

Nous proclamons que:

I – Nous considérons les instituts Paulo Freire et les autres s’inscrivant dans l’héritage de Paulo Freire dans le monde entier comme disponibles pour collaborer, dans la mesure du possible, à la construction d’un processus de paix dans en Colombie.

II – Nous ratifions que le processus de consolidation de la paix ne peut être séparé du processus de consolidation de la démocratie qui, comme le premier, constitue une valeur universelle et immuable des processus politiques des formations historique-sociales contemporaines.

III – Nous suggérons respectueusement que le gouvernement colombien, dans le processus de réconciliation, accorde une attention prioritaire aux revendications des survivants, personnes en deuil et mutilées physiquement, mentalement et affectivement.

IV – Nous proposons que, de manière plus prioritaire, les autorités colombiennes répondent de manière urgente aux besoins des enfants et des jeunes, orphelins – qui sont le visage de la vraie douleur résultant du conflit armé, qui les a transformés en “rebus social” de la guerre et du trafic de drogue – en les transformant en acteurs de leur propre développement historique en tant qu’êtres humains authentiques, à travers des processus éducatifs inspirés par la pensée de Paulo Freire.

V – Nous lançons un appel fraternel pour que toutes les couches de la société colombienne agissent de manière responsable, afin que ce pays, si important dans le discours des nations latino-américaines, ne soit jamais plus en contact avec les délires génocidaires et l’extermination des peuples par la guerre – grands ennemis de la paix et qui se nourrissent de haine, de ressentiment et d’indignation – et ce, ensemble et avec le soutien extérieur solidaire de ceux qui le souhaitent, car une autre Colombie est possible: pacifique, démocratique, éduquée et visant la justice sociale.