Réseau International Unifreire

 

L’Institut bell hooks/Paulo Freire est un groupe de recherche membre du réseau international Unifreire

Réseau UNIFREIRE

Actuelle coordinatrice: Scheila Ceccon (Responsable de la maison de la citoyenneté planétaire, Institut Paulo Freire du Brésil)

ENGAGEMENTS

À la lumière du contexte, nous, participants à la deuxième réunion internationale du Forum Paulo Freire, nous sommes réunis à Bologne, en Italie, du 29 mars au 1 er avril 2000, inspiré par l’héritage de Paulo Freire et pour assurer la continuité des engagements pris dans la « Charte de São Paulo », élaborée au cours de la première Réunion internationale du même Forum, le 30 avril 1998, nous nous engageons à:

– principes, thèses et références:

I – Travailler à créer, dans chaque établissement d’enseignement supérieur, un noyau d’Universitas Paulo Freire (UNIFREIRE), axé sur la formation des chercheurs et des éducateurs, engagé dans la cause des opprimés, afin de constituer, organiser et consolider un réseau critique du rôle de l’Université dans le nouveau millénaire.

II – L’Unifreire reviendra sur la formulation et à la concrétisation des principes et des dimensions du processus de civilisation, de l’éthique et de la démocratie. Pour cela, il s’agit de transcender les frontières et les « coutumes » créées par le genre, l’ethnie, national, économique, culturel, politique et religieux, en dépassant les limites physiques, à travers culture numérique, l’utilisation de la présence virtuelle ainsi que différents moyens de communication moderne à notre disposition, pour la configuration d’une intelligence collective. Il s’agit de surmonter la barrière du temps et de l’aliénation par le sauvetage et l’incorporation de contributions de pédagogie critique à travers l’histoire, visant à la construction d’une université. Il s’agit de signaler toute menace pour les relations éthiques, et enfin de viser l’expansion de la démocratie qui est actuellement confinée, dans la plupart des pays aux droits formels, par la construction de la démocratie économique, sociale et culturelle.

III-  Outre la cyberculture, en plus des ressources mises à la disposition des UNIFREIRE, d’autres procédures sont la construction de la connaissance – confondue dans les institutions éducatives actuelles avec la connaissance instituée – puisque la sagesse ne surgit qu’au moment où nous pouvons associer des données collectées par des informations et des processus formulés par des connaissances, afin de construire notre propre intelligence de l’univers, en la considérant comme un mouvement pour recréer la vie.

IV- L’UNIFREIRE ne disposera pas que des connaissances instituées comme point de départ de l’institution, mais s’appuiera sur des processus dynamiques d’incorporation de la sagesse de tous les segments de la société prenant les univers symboliques de l’existence des opprimés comme générant les contextes de leurs propres processus pédagogiques.

V- L’UNIFREIRE aura pour objectif de réinventer l’esprit universitaire de l’institution, stratégie pour neutraliser l’esprit d’entreprise qui a fini par y prédominer dans de nombreux endroits, à travers la construction de la dimension planétaire, également opposée au globalisme, visant à forger un projet d’individualisme, de méritocratie, discriminatoire et excluant.

VI -UNIFREIRE, dans l’esprit des universités populaires, sera développé dans le sens de Citizen’s’High School, par conséquent, inspiré par le principe selon lequel l’information est un droit fondamental – le premier de tous les droits – car sans lui, nous ne pouvons pas atteindre la conscience, ni, par conséquent, accéder à d’autres réalisations.

VII – Scientifiquement, UNIFREIRE ne considérera pas comme des vérités finales les déclarations et des observations dites « impartiales », car ceux qui affirment et observent le font toujours en affirmant leur point de vue. « Et l’erreur n’est pas d’avoir un certain point de vue, mais de l’absolutiser », comme disait Paulo Freire. Le point de vue d’UNIFREIRE sera celui de l’objectivité scientifique, qui ne peut être obtenu qu’en lisant le monde, c’est-à-dire par une approche rigoureuse, à travers la méthode scientifique, des déterminations naturelles et sociales.

VIII – Si la pratique de la formation doit être, dans une perspective freiréenne, imprégnée d’éthique de Déclaration universelle des droits de l’homme, UNIFREIRE condamne toutes les formes de discrimination, domination et exclusion.

IX – « Enseigner, ce n’est pas transférer des connaissances, mais créer des possibilités pour leur production et construction « et » ceux qui enseignent apprennent en enseignant et ceux qui apprennent enseignent en apprenant « . L’UNIFREIRE observera les principes suivants: l’apprentissage précède l’enseignement et l’enseignement est dilué dans l’expérience de base de l’apprentissage; non seulement pour enseigner le contenu, mais pour apprendre ce qu’est le penser juste; penser est toujours un mise en doute de nos propres certitudes par l’observation du monde; la curiosité naïve doit être remplacée par la curiosité épistémologique

X L’UNIFREIRE recherchera la reconnaissance de tous les diplômes et certifications de ceux qui, de manière formelle ou informelle, ont conclus des études, des recherches et des pratiques caractérisées par les principes contenus dans cette Charte.

Bologne, printemps 2000.

Bulletin Unifreire

Revue Unifreire